Denit Brihat 

Parrain de la Galerie

Portrait denis brihat .jpg

 Né en 1928 à Paris, Denis Brihat vit aujourd’hui à Bonnieux, dans le sud de la France.

 

Exposé à travers le monde, Musée des Arts Décoratifs de Paris, Palais de Tokyo, Bibliothèque Nationale de France, Musée Nicéphore Niepce, Musée d’Art Moderne de New York, Denis Brihat débute

la photographie à l’âge de quinze ans, avec un Kodak Vest Pocket offert par son père.

 

Après avoir travaillé pour l’agence Rapho, il part en Inde de 1955 à 1956.

Les photographies prisent lors de ce voyage lui valent le prix Niepce en 1957.

 

Lassé par la folie de la ville, il décide, encouragé par son ami Robert Doisneau, de s’installer à Bonnieux en 1958. Menant une vie spartiate, dans un paysage digne de Jean Giono ; c’est dans les hauteurs du Luberon, que Denit Brihat prend le temps d’observer la nature, tout en écoutant Bach.

 

C’est à cette période qu’il rencontre Bernard Coutaz, fondateur du label de musique harmonia mundi, ensemble ils ont créé des pochettes de disques, qui resteront la  "marque de fabrique" du label.

À la recherche d’une photographie pure, Denis Brihat travaille à la chambre et réalise lui-même ses tirages. Ses expériences et sa rigueur l’amènent à une maitrise complète, à une liberté de création.

 

À la fin des années 50, c’est un des premiers photographes à vouloir présenter la photographie comme une création originale, la hisser dans l’art contemporain. Pour cela il réalise de grands tirages, en éditions limités qu’il appelle « tableau photographique ».

 

Durant l’été 1969 il organise les premières rencontres de la photographie à Bonnieux

avec Jean-Pierre Sudre, Jean Dieuzaide et Jean-Claude Lemagny, le tout filmé par Michel Tournier.

L’année suivante il laisse place à Lucien Clergue pour la Première Édition des rencontres de la photographie d’Arles en 1970. Il y participe par la formation d’une nouvelle génération de photographe.

 

Aujourd’hui Denis Brihat est toujours à Bonnieux entouré de son épouse Solange, de ses photographies et de ses souvenirs, qu’il partage avec tendresse et simplicité.