Denis Brihat 

Au travers des chemins

La Galerie COUTAZ a l’honneur de présenter une exposition de Denis Brihat, parrain de la galerie.

Photographe majeur de la seconde moitié du XXème siècle, l’artiste, ou plutôt « l’homme de métier » selon ses mots, a participé à l’émancipation de la photographie dans l’art contemporain dès le début des années 60.

En s’installant à Bonnieux en 1958, dans les hauteurs du Luberon, il décide de se consacrer à son travail personnel : l’observation de la nature. Il travaille à la chambre et réalise ses tirages lui-même, pour donner vie à des « tableaux photographiques ».

Pour cela, il utilise des procédés anciens, notamment le virage, un traitement chimique supplémentaire.

Les virages de sélénium, d’or, de cuivre, de fer, lui permettent de développer une palette de couleur unique.

La « gravure photographique », procédé chimique qui attaque les zones les plus sombres, permet d’apporter profondeur et matière.

Cependant, ces techniques s’oublient devant la simplicité et la pureté des photographies de Denis Brihat.

Dès le début, ses photographies sont destinées à être exposées sur un mur, à être montrées au public comme une création originale.

Son travail est vite récompensé par une exposition au Musée des Arts Décoratifs de Paris en 1965

et en 1967 au Musée d’Art Moderne de New-York.

Jusqu’en 2012, Denis Brihat a continué de pratiquer la photographie et de réaliser ses propres tirages.

 

L’exposition à la Galerie COUTAZ regroupe des œuvres réalisées entre 1975 et 2008.

C’est une balade à travers différentes saisons, différents arbres, rythmée par la finesse de folles avoines.

 

Ce qui laisse penser à des natures mortes, sont presque des portraits de la nature. Le calme et la sérénité qui se déploient des photographies obligent une prise de temps pour observer la poésie des nuances et de la profondeur.

Adrien van Melle 

De Paris à Rome

 

"De Paris à Rome" fait suite à l’exposition personnelle d’Adrien van Melle "Un Voyage", qui a eu lieu au Musée national Jean-Jacques Henner, à Paris, d’octobre 2020 à août 2021.

 

D’abord une narration, une fiction qui prend la forme d’un roman, elle pose un cadre, enrichit et densifie la production des oeuvres.

 

Ensuite, une quarantaine d’oeuvres dont la partie photographique — prise sur la route entre Paris et Rome où l’artiste a fait une résidence à la Villa Médicis pour poursuivre son travail — est montrée ici.

 

« — a disparu. — devient le sujet d’une enquête menée par un jeune artiste, Gabriel. »

 

Les images présentées, à la frontière entre témoignages et objets narratifs accompagnent et poursuivent la toile de fond qu’est le livre.

 

Différents formats et techniques photographiques sont utilisés par l’artiste comme autant de manières de donner une portée narrative et fictionnelle à la réalité.

 

L'oeuvre "Deux images de niches" à été acquise par le Musée national Jean-Jacques Henner.